Le rêve du travail à distance est-il terminé ?

Temps de lecture : 4 minutes

Doodle Logo

Doodle Content Team

Mise à jour : 21 juin 2023

Group Video

L'une des conséquences de la pandémie de COVID a été qu'une proportion plus importante que jamais de personnes ont commencé à travailler à domicile. Au départ, c'était par nécessité, mais le désir de ceux qui pouvaient travailler à distance est devenu une caractéristique essentielle de la façon dont ils voulaient travailler. Dans un article de CNBC, 76 % des travailleurs ont déclaré qu'ils envisageraient de quitter leur emploi si leur employeur ne rendait pas leur rôle définitivement flexible en termes d'horaires et/ou de lieu.

On peut soutenir que le désir de travailler à distance se développait déjà et que la pandémie n'a fait qu'accélérer ce processus. Une enquête réalisée par l'institut de sondage McKinsey a révélé que 40 % des personnes interrogées estimaient que leur lieu de travail était passé au travail à distance plus rapidement qu'elles ne l'auraient cru possible avant le COVID-19.

Cependant, tout cela est-il en train de changer ? Les employés ont-ils été usés par les cadres qui exigent un retour au moins partiel à la vie de bureau ? Ou bien la hausse des prix de l'énergie amène-t-elle les gens à se demander si le travail à domicile en vaut la peine ? C'est ce que nous allons découvrir.

**L'envie de travailler à domicile

Au cours des quelque 20 dernières années, les progrès technologiques ont rendu le travail à distance plus facile que jamais. Visioconférence, logiciels basés sur le cloud, la liste est longue. Pourtant, le taux de travail à domicile a à peine évolué. Avant le début de cette décennie, environ 17 % des travailleurs américains passaient cinq jours ou plus à travailler à domicile. Ce taux est passé à près de la moitié après le COVID.

Le besoin de travailler à distance a fait naître le désir de le faire. Plusieurs enquêtes menées ces dernières années ont montré que la flexibilité, en particulier le lieu de travail, est devenue un élément essentiel de ce que les gens recherchent dans un emploi.

C'est compréhensible. Le travail à domicile permet d'économiser de l'argent, de gagner du temps, d'éliminer les trajets domicile-travail et d'avoir un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

En ce sens, le rêve du travail à distance est bien vivant et les entreprises sont plus nombreuses que jamais à l'adopter. En 2021, le géant de la diffusion de musique en continu, Spotify, a annoncé que ses employés pourraient travailler de n'importe où dans le monde. En août 2022, l'entreprise a révélé que son taux de rotation du personnel avait baissé de 15 % grâce à cette politique.

Spotify n'est pas le seul à avoir constaté une meilleure rétention du personnel. Pendant la "Grande Démission", les entreprises qui proposaient le travail à distance étaient plus susceptibles de conserver leur personnel que celles qui ne le faisaient pas.

Qu'est-ce qui a changé ?

Cela se résume à deux choses : les employés veulent-ils toujours travailler à distance et les dirigeants d'entreprise veulent-ils toujours l'autoriser ?

À la première partie, la réponse est encore largement oui. Cependant, avec l'augmentation des factures d'énergie, certains se demandent si la flexibilité en vaut le coût.

Une sondage du MoneySupermarket a révélé que 14 % des travailleurs à distance britanniques envisagent de retourner au bureau lorsque les températures baissent. Rien de surprenant lorsque la facture annuelle moyenne d'un client britannique utilisant une double source d'énergie semble devoir atteindre 2 500 £ d'ici janvier 2023 (soit une augmentation de 141 % par rapport à l'année précédente).

Le problème le plus important pour les travailleurs à distance est le décalage entre les souhaits des employés et les décisions des dirigeants.

De nombreux articles parus l'année dernière ont dépeint les dirigeants comme étant attachés à la vieille école selon laquelle si vous n'êtes pas au bureau, vous ne travaillez pas. Ces idées sont souvent habillées d'une rhétorique sur les valeurs et la culture. Par exemple, Jamie Dimon, le patron de JP Morgen, a déclaré que le travail à distance ne génère pas d'"idées spontanées" et nuit à l'équité.

Une recherche de Microsoft a trouvé que bien que 90 % des gens disent se sentir productifs en travaillant à domicile, 85 % des patrons estiment qu'il est difficile d'être sûr que leur personnel est réellement aussi productif qu'il pourrait l'être au bureau.

Est-ce que c'est fini ?

Non, mais la réponse n'est pas si simple. L'avenir du travail à distance dépendra en grande partie de deux facteurs : la rapidité avec laquelle l'attitude des dirigeants évoluera et la façon dont les employés considéreront le travail à distance comme une condition de travail.

Alors que le SaaS et les nouveaux modèles d'entreprise sont plus susceptibles de l'adopter facilement, sans aucune restriction pour forcer sa mise en œuvre, les organisations à l'esprit plus traditionnel risquent de traîner les pieds.

Si le désir des employés continue de croître, la pression du marché pour retenir les meilleurs employés devrait finir par l'emporter. Toutefois, si des facteurs tels que les prix de l'énergie continuent à jouer un rôle, l'aspiration à la flexibilité risque d'être moins forte que le coût de son maintien.

Vous pouvez stimuler la productivité à la maison en utilisant la page de réservation de Doodle. Créez la vôtre gratuitement dès aujourd'hui.

Article connexe

SUS_Hero

Scheduling

Feuilles d'inscription : Simplifier la coordination des événements

Rédigé par Purnima Kumar

Lire l'article
two people smiling

Scheduling

7 conseils pour planifier des entretiens d'évaluation plus efficaces

Rédigé par Franchesca Tan

Lire l'article
Group Planning

Scheduling

La meilleure façon de prévoir du temps pour le travail en réseau

Rédigé par Franchesca Tan

Lire l'article

Résoudre l'équation de planification avec Doodle